Comment je trouve les prénoms et noms de mes personnages ?

Je ne sais pas pour vous, mais il m’arrive assez souvent de changer le nom d’un personnage en cours d’écriture d’un livre. Le nom est une partie de l’identité d’un personnage, son prénom permet au lecteur de s’identifier, d’éprouver ou pas, une empathie ou antipathie immédiate. En effet si un personnage porte le nom de votre meilleur ami d’enfance, vous serez enclin à lui prêter sans résistance votre sympathie.

Trouver un nom pour un personnage peut prendre du temps ou parfois même aller jusqu’à vous bloquer sur la première phrase de votre histoire. Dans ma série, Lacan et la boîte de mouchoirs, je n’ai pas eu ce problème. Les noms des personnages me sont venus tout de suite et j’ai suivi…

Lacan et la boîte de Mouchoirs, série psy de Chris Simon

Pour ma nouvelle série, Brooklyn Paradis chez La Bouronnaye, le nom des Burden m’est venu de suite aussi, j’ai connu des Burden, il y a quelques années, mais ils n’ont rien à voir avec Courtney et Jeb Burden de la série, d’abord parce que j’étais jeune et qu’ils me semblaient vieux à l’époque, alors que Jeb et Courtney ont entre 30 et 40 ans, ce qui ne me paraît encore jeune aujourd’hui ;). Burden convenait socialement et culturellement à Jeb et Courtney. Cependant pour d’autres personnages, j’ai changé leurs noms en cours d’écriture.

 

Les Burden de Brooklyn Paradis, chris Simon

Trouver le nom parfait pour son personnage n’est pas une mince affaire. Dans la série Brooklyn Paradis, un des malfrats s’appelle Michaël Tartakovsky. Dans la toute première version de l’épisode 1, il n’avait pas de nom de famille et il s’appelait Sergei. Je savais qu’il vivait à Brighton Beach (ou Little Odessa), quartier de Brooklyn peuplé essentiellement de Russes et juifs Russes immigrés dans les années 70. Le prénom de Sergui m’était venu comme ça, sans réfléchir, mais en connaissant mieux mon personnage, je me rendais compte qu’il n’était pas un Sergui, mais plutôt un Michael. Né aux États-Unis dans une famille de russes immigrés, le prénom Michael lui donnait à la fois le son anglo-saxon et slave. Ça collait mieux au personnage et puis cela lui faisait un surnom intéressant parce que très commun : Mike. Un soir que je regardais un reportage, j’ai vu les noms des reporters au générique et l’un deux m’a tapé dans l’œil : Tartakovsky, le nom m’a plu par sa sonorité, son origine russe et j’ai trouvé que ça allait très bien à Michaël. Je l’ai adopté. Il semble avoir plu à Michaël aussi. 😉

Brooklyn Paradis, saison 1 l'intégrale de Chris Simon
Sortie le mercredi 20 mai sur toutes les plateformes

 

Quelques-unes de mes pistes habituelles pour trouver des noms de personnages :

J’aime bien utiliser des noms de gens que j’ai connus, croisés ou rencontrés, parce que du coup, ces noms portent déjà une histoire, l’histoire de notre rencontre. J’ai donc pris pour habitude quand je rencontre une nouvelle personne, et ce, dans des circonstances très variées (restaurants, trains, magasins, cafés) de lui demander son prénom, surtout si la personne m’est sympathique et que l’échange a été agréable, mais j’essaie aussi de connaître le nom d’une personne qui m’est complétement antipathique et devinez pourquoi ? Pour les rôles de méchants.

Je donne la plupart du temps un nom de famille à mes personnages. Si le prénom donne une idée de la date de naissance, le nom de famille révèle ou implique des informations complémentaires : la religion, la classe sociale, l’origine familiale, la situation ou l’origine géographique, bref autant de petits détails que nous percevons sans y réfléchir quand nous rencontrons une personne. La sonorité du nom est importante aussi. Des syllabes douces à l’oreille influencent la perception que l’on se fait d’une personne. Des sonorités désagréables ou moins harmonieuses aussi !

Quand je ne trouve pas le nom parfait rapidement, je feuillette un vieux bottin et pointe un doigt au hasard, je surfe sur les sites de généalogie (ils sont nombreux). J’utilise aussi mes propres archives, car je collectionne des noms. Par exemple, quand je vais dans un cimetière, il m’arrive de noter les noms lus sur les tombes. Quand je vais dans une banque, dans une entreprise, chez un commerçant, dans un musée aussi et bien sûr, je fais appel à ma mémoire. Il m’arrive d’utiliser les noms de personnes de mon enfance, souvent des voisins, des amis de la famille, des professeurs, des camarades de classe…

Et vous comment faites-vous ?

Si vous deviez donner un nom à un de vos personnages qui n’aime pas son prénom lequel lui donneriez-vous ?

 

On trouve de nombreux sites en anglais et en français sur l’origine des noms, la popularité des prénoms. Quelques ressources intéressantes :

geneanet.org

guide-genealogie.com

 

Sortie mercredi 20 mai 2015 de ma nouvelle série Brooklyn Paradis ! Entrez le code promo sur l’image et achetez la Saison à – 50% sur le site de l’éditeur 

11351209_840558699314240_4230612720994171539_n

4 thoughts on “Comment je trouve les prénoms et noms de mes personnages ?

  1. Svetlana

    Intéressante démarche 🙂 Bon, j’avoue que contrairement à toi, une fois qu’un de mes personnages se retrouve nommé, c’est quasi impossible de changer. Sauf cas de force majeure qui heureusement sont rares 😛

    Et toujours à l’inverse de toi, j’évite comme la peste les noms des gens que je connais xD Ya sûrement du blocage psychologique derrière 😛 Cela dit, j’aime bien les prénoms qui peuvent avoir leur traduction dans plusieurs langues. Ca permet de ne pas situer une histoire, tout en donnant l’impression au lecteur que ça se passe dans un endroit qu’il connait (psychoses, psychoses…).

    Au passage, si ça t’intéresse, j’avais aussi fait un article sur le sujet il y a un p’tit moment : http://www.champidents.fr/blog/2014/12/11/on-veut-des-noms/

    Bon lancement de ton nouveau roman ! 😀

    Reply
    1. chrisimon Post author

      Merci pour ce billet, Svetlana. Je pense que je vais faire un spécial personnages dans le Mag des Indés de ce weekend ! 😉 Attention, je reprends les noms de personnes que j’ai connus, mais pas la personnalité qui va avec ! 😉 Bonne semaine.

      Reply
    1. chrisimon Post author

      Ah, je ne connaissais pa cette fonction dans Scrivener ! 😉 Merci. à exploiter. Je passerai ton post dans le #MagdesIndés, ce we. Bonne écriture.

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *