Réfractaires, oui, mais pas vaincus !

Volet 1

L’auteur et l’histoire

Pourquoi j’ai parfois l’impression d’être dans la France de la deuxième moitié du 19e ? Tout d’abord à cause des similarités socio-économiques : les diplômés d’une classe entière ne trouvent pas de travail en relation avec leur niveau d’études, quand ils en trouvent, une compétition déloyale sur les “bons boulots”, car leur accès est basé plus sur le milieu socio-culturel de l’individu que sur ses compétences ; et disparition d’une industrie au profit d’une autre (manufactures et nouvelles technologies pour notre époque).

Dès le milieu du 19e, toute une génération (étudiants des provinces françaises, fils de paysans et bacheliers) ne trouvant pas de débouchés professionnels dans la société, va revendiquer l’individualité face au système économique bourgeois et créer une zone de marginalité : la bohème

Dans le même temps, les techniques de reproduction et d’impression évoluent et permettent de diffuser en masse articles, caricatures, pamphlets, brochures, livres, lithographies… Revues littéraires, journaux et publications en tout genre fleurissent comme aujourd’hui fleurissent blogs, sites, livres numériques et réseaux sociaux. Une génération d’auteurs, d’artistes s’affirme et sort de l’enfer de la bohème pour entrer dans une reconnaissance qui paraissait impossible quelques années plus tôt, Murger, Champfleury, Baudelaire, Courbet, Proudhon et Vallès pour n’en citer que quelques-uns.

Portrait de Jules Vallès (1832-1885) par Gustave Courbet – 1861

En 1857, Jules Vallès publie un livre qui a pour sujet la Bourse de Paris, pour titre, L’Argent et commence ainsi :

J’ai fait de la littérature, j’ai perdu à ce métier-là deux viscères, le coeur et l’estomac…

Le livre était une déclaration d’indépendance, une tentative de sortir de l’idéalisme romantique de la misère, si bien représentée dans Scènes de la vie de Bohème de Henry Murger ; et néanmoins, restait ambigu sur la position de son auteur vis-à-vis de la place prépondérante des marchés financiers de l’époque. L’Argent a un tel succès qu’il propulse Vallès dans le petit cercle privé de la grande presse. Il écrit pour Le Figaro (en pleine résurrection) et devient un des journalistes les mieux payés du moment (20,000 francs par an pour le Figaro seul). Vallès, enfin, hissé hors de la vie de Bohème (c.a.d sauvé de la famine, la tuberculose et la dépression), ne perdit pas pour autant le sentiment d’appartenir à la classe des vaincus. Pourquoi une telle ambivalence ? Vallès vécu l’échec de la Commune comme un échec personnel d’une part à cause de ses origines (comme Courbet, il est issu d’un milieu rural, son père, fils de paysan devenu instituteur souhaitait pour son fils une carrière de fonctionnaire de l’état). D’autre part, parce qu’il n’accepta jamais que la société force un individu à s’y conformer.

En 1881 (10 après la Commune), il publie Les réfractaires. Voici comment il les définit : ” … une race de gens, qui eux aussi, ont juré d’être libres, qui, au lieu d’accepter la place que leur offrait le monde, ont voulu s’en faire une tout seuls, à coups d’audace et de talent; qui se croyant la taille à arriver d’un coup, par la seule force de leur désir, au souffle brûlant de leur ambition, n’ont pas daigné se mêler aux autres, prendre un numéro dans la vie; qui n’ont pu en tous cas, faire le sacrifice assez long, qui ont coupé à travers champs au lieu de rester sur la grand’route; et s’en vont maintenant battant la campagne, le long des ruisseaux de Paris.”

JV caricature de gill1 la lune 14071867Caricature de Jules Vallès par Gill – La lune

Cette définition émeut et stupéfait par sa résonance avec la société d’aujourd’hui. Dans ce texte, Vallès dresse une liste des salaires auxquels peut prétendre un jeune homme éduqué qui essaie de vivre de sa plume :

  • Ils écrivent dans les encyclopédies, dictionnaires, biographies, à deux liards les cent lettres; dans les journaux de demoiselles, à trois francs la colonne…
  • Pour 15 francs, ils livrent une pièce au Café des aveugles; pour 20, ils envoient une chronique hebdomadaire à la feuille la plus lue de Monaco…
  • Une préface aux poésies d’un petit jeune homme, c’est 20 francs; au bouquin d’un maniaque, c’est quarante. ..
  • Il y a ceux qui font les livres des autres, tout entiers, pour un morceau de pain, six mois de nourriture, deux termes payés !

Récemment, lors d’une lecture Rue Saint Ambroise, un auteur qui écrit pour les autres m’a révélée les tarifs : 4000,00 euros en moyenne pour un livre. Quand on sait qu’il faut deux à trois mois pour écrire la commande !

Un auteur juridique indépendant m’a confié qu’une fois divisé ses heures de travail par le salaire perçu, elle atteint un tarif horaire d’à peine le Smic. La rédaction d’un feuillet de 1500 à 2000 signes est payé 35,00 euros et prend une à trois heures de travail (selon la compléxité du sujet).

La condition de l’auteur en France est celle du tâcheron et il continue d’être mal rétribué, quand il est rétribué ! Nombreux magazines, revues et sites n’envisagent jamais un budget auteurs dans le fonctionnement économique de leur entreprise. Certains sites d’information fonctionnent aujourd’hui uniquement sur la gratuité des contributions. Mon expérience corrobore cette tradition de la gratuité. Les seules revues et magazines (papier ou on-line) qui me paient pour mes écrits (fiction, ou non-fiction) se trouvent au Canada et aux États-Unis. Alors, je pose la question. Pourquoi en France, on n’intègre pas le budget auteurs ? Pense-t-on que le travail de l’auteur ne vaut rien et que l’auteur devrait se satisfaire d’être publié et en être reconnaissant ? Il a les mêmes besoins que tout citoyen (payer son loyer, ses factures et se nourrir).

Cette tradition est devenue monnaie courante dans le numérique, alors que le coût d’impression (une part importante du budget d’une revue ou d’un magazine) est éliminée, et que le secteur est en pleine expansion.

L’auteur, en France, est condamné à faire mille autres métiers jusqu’à épuisement de son imagination et de ses forces. Comme l’écrit Vallès un siècle et demi plus tôt :

Des réfractaires, ces gens qui ont fait de tout et ne sont rien, qui ont été à toutes les écoles : de droit, de médecine ou des chartes et qui n’ont ni grade, ni brevet, ni diplôme.

La politique de la gratuité doit être repensée du côté des auteurs. Le passage papier au passage numérique modifie les paramètres, ouvre un nouveau marché porteur, comme l’avait fait les techniques d’impression rapide au 19e et avait permis à Vallès, Murger et d’autres de sortir de la misère. Qui dit : nouveau marché, dit : expansion, dit : investisseurs et argent. Pourquoi donc écrire gratuitement pour les autres quand l’auteur peut le faire pour lui et directement poster sur son blog ce qu’il a à dire ? Pour une plus grande visibilité ?

Oui, mais être visible n’est pas synonyme d’esclavage. Vous êtes invité, alors soyez un invité élégant et bien élevé, n’abusez ni de l’hôte, ni de l’hôtesse qui vous invite ! Car enfin, la finalité de la visibilité n’est-elle pas d’accéder à une rémunération ? Or ces sites qui ne rétribuent pas les auteurs, ne le feront probablement jamais puisque dès le départ aucun budget n’a été prévu dans leur plan de développement. Un exemple :The Huffington post, blog d’informations créé en 2005 aux États-Unis, a été vendu à AOL pour 315 millions de dollars en 2011, Aucun des auteurs qui y avaient contribué gratuitement n’a profité de cette vente juteuse. Depuis, 9000 blogueurs sont en procès avec The Huffington Post et réclament une rémunération pour leur contribution.

A. Sorel, « Fait divers », La Caricature, n° 376, 12 mars 1887.
Source : Gallica – gallica.bnf.fr

Entre l’époque de Vallés et la mienne, des paramètres ont changé. Le pourcentage de gens diplômés a augmenté. Plus de gens savent lire et écrire et sont donc capables de composer des phrases. Mais écrire c’est un peu plus que faire des phrases, aussi bien faites soient-elles ! Il faut avoir quelque chose à dire. Il faut dire (révéler des connaissances, développer des idées, par exemple), pas seulement véhiculer des informations (même si c’est important), des adresses, des tuyaux, de bons plans, des histoires ou des recettes. Et, ce dire, fait la différence et peut et doit être rémunéré. Ce dire est rare. Sa rareté en fait sa préciosité et de fait lui donne une valeur inestimable. L’auteur qui prend conscience qu’il est en train de dire quelque chose et non pas juste de faire une phrase, n’est pas un auteur vaincu. Il pourra et devra imposer un veritable partage des bénéfices.

GOINGmobo, the magazine of the Mobile Bohemian

À suivre…

Premier volet d’un état des lieux et analyse de la situation et de la condition de l’auteur, de ses difficultés et de son devenir. Lire le Volet 2

 

 Pour ne manquer aucun billet de la série, abonnez-vous.

Références historiques et biographiques (Jules Vallès) : BOHEMIAN PARIS, Culture, Politics, and the Boundaries of Bourgeois Life, 1830-1930 de Jerrold Seigel – The Johns Hopkins University Press Baltimore and London.

Citations extraites de :

L’argent de Jules Vallès, Google books, Les réfractaires de Jules Vallès, Gallica BNF

Texte ©Chris Simon

11 thoughts on “Réfractaires, oui, mais pas vaincus !

  1. Pingback: Les 5 points cardinaux de l’auteur-indépendant ! | LE BAISER DE LA MOUCHE

  2. Pingback: L’auteur indé numérique est-il un passionné ou un marchand ? | LE BAISER DE LA MOUCHE

  3. Pingback: Inventer une infrastructure pour le livre numérique en 2013 | LE BAISER DE LA MOUCHE

  4. Pingback: La série littéraire auto-publiée : un emploi pour les auteurs ? | le baiser de la mouche

  5. Pingback: L’autoédité numérique : paria ou modèle économique ? | le baiser de la mouche

  6. jean pierre lesieur

    Chris c’est super, j’aime beaucoup ton enquête ce que tu as écrit et Vallès. j’attends la suite avec impatience.

    Reply
  7. coquille

    En 1957, Jules Vallès publie un livre qui a pour sujet la Bourse de Paris, pour titre, L’Argent et commence ainsi :

    en 1857 plutôt…

    Reply
  8. etienne

    J’aime beaucoup la conclusion.
    Tout est dit. La différence essentielle est posée. Je lis et relis.
    Bonne journée

    Mais écrire c’est un peu plus que faire des phrases, aussi bien faites soient-elles ! Il faut avoir quelque chose à dire. Il faut dire (révéler des connaissances, développer des idées, par exemple), pas seulement véhiculer des informations (même si c’est important), des adresses, des tuyaux, de bons plans, des histoires ou des recettes. Et, ce dire, fait la différence et peut et doit être rémunéré. Ce dire est rare. Sa rareté en fait sa préciosité et de fait lui donne une valeur inestimable. L’auteur qui prend conscience qu’il est en train de dire quelque chose et non pas juste de faire une phrase, n’est pas un auteur vaincu. Il pourra et devra imposer un veritable partage des bénéfices.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *